Formation Chauffeur Taxi Bordeaux Gironde - école formation taxi Bordeaux - Centre de Formation de Chauffeurs de Taxi

06.21.37.52.90 contact@aviva-taxi.fr Localisation
Aviva Formation Taxi sur Gironde
Centre de formation de chauffeur de Taxi & VTC
Transport public particulier de personnes - T3P

Gironde - Bordeaux

Dordogne-Bergerac

Charente - Angoulême

Charente-Maritime - Saintes

Aisne - Saint-Michel

Formations Taxi & VTC

Easy Taxi, acteur émergent des transports

La société, soutenue par Rocket Internet, transforme peu à peu le métier de taxi en Amérique latine.

Les applications révolutionnent les transports partout dans le monde. Si Uber, BlaBlaCar ou Hailo dominent en Europe, Lyft ou Zipcar aux Etats-Unis, et GrabTaxi en Asie, en Amérique latine c’est Easy Taxi qui est le principal acteur du marché. La société est née au Brésil en 2011 avant d’être repérée par plusieurs fonds européens, dont l’allemand Rocket Internet, aujourd’hui majoritaire dans son capital.

Contrairement aux VTC, Easy Taxi est une application dédiée aux chauffeurs de taxi. « L’offre est suffisante en Amérique latine, il y a déjà beaucoup de voitures en circulation et les réseaux de transport en commun n’étant pas aussi développés qu’en Europe, le taxi prend souvent le relais et joue ce rôle, même pour des petits trajets », explique Jorge Pilo, codirecteur général d’Easy Taxi. La start-up s’appuie donc sur ce tissu existant et propose directement aux chauffeurs d’utiliser son application. « En optimisant leurs courses, nous leur permettons en moyenne d’augmenter leurs revenus de 30 %, tout en diminuant leur temps de travail de 30 %.  » Après le Brésil, Easy Taxi a commencé à se positionner dans tous les autres pays latino-américains, en s’adaptant aux spécificités de chaque marché. Selon la localisation de l’utilisateur, l’application offre ainsi des fonctionnalités différentes : en Colombie, par exemple, où le pourboire est de rigueur, elle le propose par défaut.

L’argument sécuritaire

Cela vaut aussi pour le processus de sélection des chauffeurs : au Pérou, où le métier n’est pas du tout régulé, Easy Taxi a imposé aux chauffeurs qui travaillent avec lui des tests d’aptitude et un examen psychologique ! « C’est un argument de poids pour les utilisateurs. En Amérique latine, les enjeux de sécurité sont fondamentaux. Une application comme la nôtre sécurise les trajets », affirme Jorge Pilo.

Autre exemple d’adaptation au marché : les moyens de paiement. Easy Taxi propose de payer en cash sur tout le continent, les cartes de paiement y étant moins développées. Avec des répercussions sur son modèle économique : la société prélève une commission sur les transactions par carte ou par cash, en se basant sur le prix moyen d’une course. Et elle contrôle qu’il n’y a pas de fraude grâce aux données récupérées sur le chauffeur.

Cette flexibilité pourrait amener Easy Taxi à viser d’autres marchés. L’application fonctionne d’ailleurs dans certains pays d’Asie (Corée du Sud, Thaïlande), d’Afrique (Nigeria, Kenya) ou du Moyen-Orient (Jordanie, Arabie saoudite). « Notre modèle peut fonctionner partout, précise Jorge Pilo. Mais, pour l’instant, nous nous focalisons avant tout sur l’Amérique latine, où le potentiel est gigantesque. » Aujourd’hui, Easy Taxi est utilisé par 750.000 chauffeurs de taxi et opère 6 millions de courses par mois.

Nicolas Rauline, Les Echos